Après son duel pitoyable face à Voldemort, le poireau a fuit pitoyablement, laissant le soin aux meilleurs de défendre ce qu'il laisse derrière lui. C'est l'histoire de Héros, qui se battent, qui s'aiment, se déchirent, tentent de vivre tout simplement.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En eau trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artémis Prewett

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: Geisha de luxe

MessageSujet: En eau trouble   Mer 18 Juin - 23:27

Face au miroir, une dernière fois elle inspecta son reflet. Sa chevelure relevée à l’arrière de son crâne et maintenue en place par des baguettes lui conférait ce qu’il fallait de sérieux, et sa robe, d’un vert sombre, simple, mais efficace, fleuretait entre deux discours.
Le premier disait clairement qu’elle avait une plastique irréprochable. Quand au second… Elle espérait qu’il mettait suffisamment en garde pour qu’on se rende compte qu’on ne parlait pas à n’importe qui.
Une dernière fois, Artémis releva le menton, se mordit les lèvres pour leur conférer une teinte rouge naturelle, et passa ses mains sur son bustier.
Une touche légère de parfum, et elle serait prête.
Heureusement, il n’y avait personne chez elle si ce n’était quelques elfes, sans ça, elle se serait surement sentie ridicule de se donner tant de peine.
Après tout, ce n’était qu’un homme qu’elle allait rencontrer. Charmant, il était vrai, de cet attrait que seuls les plus venimeux des serpents savent développer, mais ce n’était pas pour cette raison qu’elle allait le rencontrer.
Elle allait jouer l’un de ses atouts tant qu’il se souvenait d’elle et que la conjecture actuelle des événements était en sa faveur. En effet, l’arrestation de Percy Weasley, « l’ignoble traitre », venait d’être officialisée.
Et si possible, elle s’arrangerait pour qu’il ne l’oublie jamais.
Rythmant sa marche du cliquetis discret de ses chaussures à talon, elle prit finalement la direction de sa cheminée.
Elle avait prit le parti de rendre visite à Silvius Westester sans le prévenir, et fort heureusement, l’accès à son bureau n’était pas restreint.
Tout en revêtant son châle de soie, elle fit une nouvelle fois le point. L’homme de main du seigneur des ténèbres était connu pour être un homme redoutable et pas particulièrement accessible, il y avait donc de nombreux détails auxquels elle devait prendre garde. Et surtout, déterminer les limites qu’elle était bien décidée à ne pas franchir. Elle avait apprit qu’il était considéré comme un Dom Juan cachant le visage d’un monstre derrière un masque de poupon. Et quoi qu’il tente, elle savait pouvoir le gérer, mais la vraie question était de savoir jusqu’où elle devrait le laisser aller pour rester dans ses faveurs.
Apparemment, il aimait sa position de pouvoir, qui ne l’aimerait pas en même temps ? Mais un peu trop pour que ce lui soit naturel. Et plus que tout, il dénigrait ce monde des puissants gravitant autour du seigneur des ténèbres.
Elle avait fait quelques recherches sur lui, et apprit que quelques années plus tôt seulement, il n’était encore qu’un voleur et un assassin minable. Aujourd’hui, il était en quelque sorte l’homme de confiance du maître, se limitant aux relations qui lui étaient strictement nécessaires.
Il devait bien y avoir quelque chose à creuser de ce côté-là.
Sans aucun problème, elle put passer la sécurité de ministère, et d’une traite, elle atteignit son objectif. Toutefois, arrivée devant la porte du bureau de Westester, elle ressentit les premiers affres du doute.
Elle misait sur le fait que c’était un homme intelligent et sur une unique phrase de sa part, plus un pressentiment qu’autre chose. Mais au-delà, elle ne connaissait pas grand-chose de lui si ce n’était du négatif. Elle prenait un gros risque cette fois-ci. Celui de griller une carte de valeur.
Pour se donner contenance, elle inspira profondément. De toute façon, elle n’avait plus rien à perdre depuis longtemps, et elle n’allait pas continuer à stagner alors qu’une opportunité se présentait.
Pour éviter de penser plus longtemps, elle frappa à la porte, écoutant ses coups résonner à l’intérieur d’elle en accord avec ses battements de cœur.
Le silence se fit, remplit de son inquiétude. Cette dernière se fit distante au fil des secondes, jusqu’à ce qu’il devienne évident que personne ne lui dirait d’entrer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Prewett

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: Geisha de luxe

MessageSujet: Re: En eau trouble   Jeu 19 Juin - 23:52

Déçue, et s’en voulant d’être déçue, elle donna un coup rageur au battant.
Tant pis, elle allait faire un tour, puis elle reviendrait, jusqu’à ce que Silvius Westester lui dise d’entrer, ou qu’elle apprenne où il se trouvait. Sinon, elle reviendrait le lendemain. Persévérance et audace étaient les mots du jour.
D’un air de défi, elle pointa la porte du doigt :

-Tu ne perds rien pour attendre.
Puis accompagnant le mouvement d’un haussement de sourcil menaçant, elle pivota et s’arrêta immédiatement, pétrifiée.
Silvius Westester arrivait à sa rencontre, l’ayant apparemment déjà repérée et reconnue.
Il ne fallait pas qu’elle laisse la surprise la paralyser, aussi prit-elle sur elle et s’avança-t-elle à sa rencontre, calme et droite, main gracieusement tendue et allant de pair avec son sourire engageant.

-Monsieur Westester, je n’espérais plus vous voir. Je ne vous dérange pas au moins… ?
Voyant qu’il restait rigide et en retrait, comme si il avait l’intention de l’ignorer, elle prit soin de s’effacer d’un pas, et d’ajouter avec ce qu’il fallait d’hésitation dans la voix et le regard pour paraitre touchante.
-Je sais que vous êtes un homme occupé… Pardonnez-moi de venir m’ajouter au nombre des solliciteurs.
L’homme finit par lui accorder un regard plus soutenu.
-J’ai un instant été tenté de vous dire que j’étais occupé… commença-t-il.
Il se saisit finalement de sa main, et la porta brièvement à ses lèvres avant de reprendre sa route vers son bureau, l’emmenant à sa suite.

-Puis je suis revenu à la raison. Aucun patron ne mérite un tel dévouement. Mademoiselle… ?
L’attitude était charmeuse, mais le dernier point était de trop. Artémis conserva son ton humble et peu assurée, mais elle n’allait certainement pas jouer à celle qui se laisse humilier.
-Un directeur de cabinet de votre niveau qui oublie un nom, voilà qui est surprenant, répondit-elle en dissimulant à peine la pique sous le couvert de la naïveté. Artémis Prewett.
Arrêtés devant la porte du bureau, Silvius Westester la considéra un instant avant de confirmer d’un ton froid et tranchant.
-Je sais qui vous êtes.
-Le contraire m’eut étonné.
Le regard qu’il lui rendit la conforta dans son idée qu’il n’était plus nécessaire de jouer à la jeune fille hésitante. Elle avait maintenant toute son attention, mais il n’était pas non plus décidé à la laisser entrer. Appuyant son sourire coupable d’un signe de tête, elle libera sa main de son étreinte, et s’adressa sans détour à l’homme maintenant clairement à son écoute.
-Monsieur Westester, si vous n’êtes pas trop occupé, pourriez vous m’accorder un entretien ?
Lentement mais surement, Artémis se décala pour se placer entre la porte et l’homme, suffisamment pressante pour montrer son sérieux malgré le sourire avenant.
-Je crois que j’ai envie de répondre oui… Susurra-t-il en s’approchant un peu, l’air peu engageant. Qui sait où un entretien en tête à tête pourrait nous mener… ?
-Vous seriez surement étonné… Répondit Artémis d’un ton suffisamment abrupt pour dissimuler son envie grandissante de faire demi-tour.
Le menton haut dressé, elle le défia de se moquer d’elle. La mise en garde ne suffit pas à l’empêcher de se rapprocher un peu plus, sa main venant lui effleurer la taille alors qu’il allait actionner la poignée de porte.
Son regard froid et intense la poursuivit alors qu’elle se décalait pour le laisser faire. Il y avait quelque chose de déplaisant et d’hypnotique à la fois dans tout ça, et si elle ne détournait pas le regard, c’était uniquement pour l’empêcher de lui trancher la gorge pendant ce temps là.
D’une façon cavalière même si toujours en demi-teinte, il l’invita à entrer et lui indiqua un fauteuil. L’homme mettait un point d’honneur à ne rien laisser paraitre de ce qu’il pensait et au mieux, attendait de voir ce qui allait se passer.
Préférant faire confiance à son instinct plutôt qu’à son ressenti du moment, Artémis se focalisa sur son but.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Prewett

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: Geisha de luxe

MessageSujet: Re: En eau trouble   Ven 20 Juin - 0:09

(mes persos m'échappent totalement, c'est affreux TT )

-Eh bien, je vous écoute, introduisit Silvius en s’asseyant à son tour. Qu’est-ce qu’une aussi charmante jeune femme fait en plein après-midi à mon bureau au lieu de courir les magasins et autres lieux à la mode ?
-Chaque chose en son temps. Mes priorités étant ce qu’elles sont, tout ça est déjà fait. J’ai eu ma dose de désuétude pour la journée.
Le ton égal, elle croisa les jambes tout en observant l’intérieur du bureau. On aurait dit la copie conforme de celui à la brigade des aurors, jusqu’au tableau accroché au dessus du bureau. Probablement que cet homme n’avait aucune idée de ce qui se faisait, et qu’il s’était contenté de copier un autre bureau pour faire professionnel. Ce n’est que difficilement qu’elle s’empêcha de sourire à cette pensée et poursuivit, aussi humblement que possible et le regard droit.
-J’aimerais, si ce vous sied, monsieur, profiter du fait que nous aillons été introduit il y a peu pour me présenter plus avant.
-Intéressant… J’espère que ça va me plaire.
Le ton était moqueur avec la volonté calculée de déprécier chacune des paroles prononcées par son interlocutrice.
-J’aimerais travailler pour vous, décida-t-elle de lâcher tout de go avec aplomb. A la rentrée, je suivrais une formation en relations internationales à Poudlard, un domaine où vous semblez manquer d’alliés. Une fois le temps de l’insertion professionnelle arrivée, j’aimerais travailler dans votre entourage.
-Ah oui ?! S’étonna Westester après un rire surpris, voila qui est touchant. Voir quelqu’un qui sait ce qu’il veut faire est tellement rare de nos jours.
-Je ne me contente pas de vouloir le faire, monsieur Westester, je sais que je peux le faire mieux que quiconque.
-Ecoutez… Parce que vous avez fait l’effort de vous habiller de façon sexy et que j’ai apprécié le spectacle, je vais vous laisser deux minutes pour essayer de me convaincre. Soyez claire et concise, j’ai un rendez-vous dans dix minutes, et je compte bien savourer mon café avant, et peut-être même un moment privilégié avec ma secrétaire dans un recoin quelconque.
Cette fois, en plus de ce regard pénétrant qui vous laissait toute nue malgré les vêtements, il se laissa aller dans son fauteuil, attendant apparemment que le spectacle commence, bien détendu.
Décidée à jouer le jeu, mais pas de la façon dont il l’entendait, Artémis se leva, pleine de grâce et d’élégance, et fit mine d’aller observer quelques éléments de la décoration tout en choisissant avec soin son approche.

-Vous pouvez décider de prendre tout ceci à la légère, mais quelque part doit encore se trouver l’homme qui a su se hisser jusqu’à cette place.
Alors qu’elle haussait un sourcil interrogatif, elle abaissa un regard sérieux sur lui.
-Vous savez combien l’audace et la motivation sont importantes, et ne vous ais-je pas prouvé que j’avais les deux ? De plus, vous êtes de ces hommes qui savent juger d’un coup d’œil. Je ne suis pas de ces riches demoiselles qu’on effraye d’une remarque un peu osée, ni qui ne considère leurs après-midi qu’en heures de shopping disponibles.
-Vous avez… Il regarda sa montre, égal. Une minute.
Lèvres pincées, elle se refusa à répondre à la provocation et poursuivit.
-Je parle 5 langues dont le français, l’italien, le russe et l’espagnol. Les méandres de ce monde où il vous faut chaque jour graviter n’ont aucun secret pour moi ; toutefois, ses limites n’ont de sens que leur impacte sur les autres.
Poursuit avec un laïus sur sa vision de la politique extérieure actuelle ponctuée de commentaires bien sentis ainsi que de pistes de réflexions.
Conclue :

-Je ne fais pas le café. Voila tout.
Sans plus rien dire, et considérant qu’elle ne pouvait rien faire d’autre que d’en appeler à son bon sens, Artémis se contenta de croiser les bras et d’attendre après être retournée s’asseoir.
-Votre minute est écoulée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Prewett

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: Geisha de luxe

MessageSujet: Re: En eau trouble   Ven 20 Juin - 20:45

Alors qu’il se levait, il perdit son sourire moqueur en faveur d’une expression plus charmeuse, à l’image d’un serpent à sonnette. Face à cette réaction, Artémis ne put réprimer une expression excédée.
-C’est mon tour de décider de ce que l’on fait… Et j’ai une idée plutôt précise de ce que je veux, rien à voir avec vos paroles en l’air.
Toujours sans rien dire, et n’ayant pas l’air impressionnée plus que ça, Artémis le regarda approcher. Ce n’est que quand il vint placer ses mains sur les accoudoirs qu’elle ressentit un petit pincement d’inquiétude au cœur. Son souffle sur sa peau était des plus déstabilisants, et lui seul savait ce qu’il allait faire.
-Vous n’allez pas me dire ce que vous pensez de ma proposition ? intervient-elle, la gorge sèche.
-Vous n’avez pas été suffisamment précise, c’est pourquoi je me charge de venir voir par moi-même ce qu’il en est.
Du bout des doigts, il vint effleurer la courbe de la mâchoire d’Artémis. D’un mouvement de tête, elle s’écarta, provoquant une réponse plus acerbe mais aussi plus sincère de la part de l’homme.
-Pour être franc, j’en pense que je ne vois pas pourquoi je m’intéresserais à autre chose que votre cul, mademoiselle.
-Je ne pensais pas devoir l’être, mais il semblerait qu’il faille que je sois plus claire. Vous êtes bien placé pour savoir que quand on grandit sans l’aide de ses parents, on développe un instinct de survie et des capacités à part.
-N’essayez même pas d’invoquer un quelconque point commun que nous pourrions avoir parce que nous restons tous deux sans parents… Nos situations ne sont nullement comparables, et ce n’est pas mon genre de m’émouvoir sur les histoires tristes d’une princesse ayant perdue une vie que de toute façon elle ne méritait pas.
S’éloigne, venant s’appuyer à son bureau, et s’adresse à elle de façon cruelle et totalement dépourvue du charme qu’il affectait jusque là.

-Ça ne m’intéresse pas.
-ça tombe bien, ce n’était nullement ce que j’essayais d’aborder comme sujet. Et j’aurais été bien en peine de jouer le rôle de la fillette éplorée. Et si nous parlions plutôt de notre volonté commune de ne pas rester à notre place?
Clairement provocante, elle se pencha en avant sur son siège, telle un félin séduisant un serpent pour mieux l’attaquer par derrière.
-Je suis observatrice, Mr Westester, bien renseignée ainsi qu’ intelligente et pleine d’ambition. Je sais d’où vous venez et que vous ne suivez pas le seigneur des ténèbres pour sa passion des sang-purs. Vous vous fichez de toutes ces histoires et voyez plus loin. Les personnes comme Bellatrix Lestranges n’auront de cesse de vous mettre des bâtons dans les roues, et même si vous n’en avez que faire, vous seriez bien plus confortablement installé si tout cet aspect de votre relationnel était assuré par quelqu’un qui connait ce milieu. Depuis toujours, je porte un masque pour m’accommoder de ce milieu en question et de ses ramifications, ce qui vous assure à propos sa qualité. Je sais me faire discrète, ou ne jamais être oubliée, que ce soit par des collaborateurs ou de futurs partenaires, sans compter les contacts que j’ai malgré tout conservé un peu partout en Europe. Vous êtes un homme brillant, je le devine, et pensez certainement que je ne suis qu’une effrontée présomptueuse. Sachez que j’en suis consciente, mais que c’est par nécessité. Laissez-moi une chance de vous prouver ma valeur. Ce n’est pas la gloire qui m’intéresse.
Tranquillement, et un sourire tentateur aux lèvres, elle pencha la tête et lui envoya un regard questionneur.

-Qu’en pensez-vous ?
-J’en pense que vous essayez de vous prendre pour une femme alors même que vous n’avez pas idée de ce que ça veut dire ici.
Le ton de sa voix était dur, ses paroles prévues pour blesser et ternir.
- Vous êtes pire que présomptueuse, vous êtes une idiote ignorante se prenant pour un génie.
Sans douceur, il lui saisit la main et l’attira près de lui. En un rien de temps, Artémis se retrouva coincée entre le bureau et cet homme, ne sachant pas ce qu’il était entrain de faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Prewett

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: Geisha de luxe

MessageSujet: Re: En eau trouble   Ven 20 Juin - 22:09

Alors qu’il lui parlait à l’oreille, sa main vint se placer sur le bas de son ventre, intrusive, instillant une pression douloureuse au niveau de son dos contre le bois du bureau, et désagréable de part son emplacement osé.
-Je ne suis pas un de ces nobles jouvenceaux trop engoncés dans leurs traditions pour permettre à leur esprit le moindre débordement. Les mots ne suffisent pas, vaines promesses. C’est du pouvoir que je me grise, pas de sa lueur à l’horizon. Je l’ai dans le creux de ma main, alors explique moi encore ce que tu peux pour moi… ?
Malgré la question, il ne la laissa pas répondre, son souffle et son regard parcourant la chair à nue de cette gorge comme offerte en sacrifice.
- je jouerais avec vous… Il accompagna ses paroles d’un glissement de sa main encore plus bas alors que de ses doigts il agrippait sa nuque comme s’il était doté de serres.
Le cœur battant à s’en rompre, Artémis se contenta de le regarder dans les yeux, respirant plus fort alors qu’elle refoulait tant bien que mal la peur qui lui gelait les entrailles.

-Puis je te jetterais. Que croyais-tu ? Qu’il suffisait de mettre les pieds dans le plat et de dicter tes règles ? Tu n’as aucune idée de ce qui t’attend... C’est l’enfer que je te réserve.
-J’irais jusqu’où il faudra.
Pour le lui prouver, elle se redressa, venant d’elle-même se presser contre cet homme qui la répugnait.
-J’ai l’occasion de vous faire part de ma volonté, et je ne compte pas passer à côté pour une question de limite là où je ne m’en impose aucune.
-J’ai donc gagné une pute de luxe… Jeune et belle à souhait. La belle affaire !
-Vous avez gagné bien plus que ça.
-Vous n’avez donc aucune dignité ?
-Passons sur les terminologies douteuses que vous utilisez dans le seul but de me provoquer voir même de me faire fuir et discutons sérieusement, voulez vous, réclama-t-elle en laissant percer une pointe de supplique qu’elle regretta immédiatement.
Sans même l’écouter, l’homme était occupé à faire remonter sa robe pour glisser sa main en dessous, se faisant pressant dans ses gestes.

-Je suis déjà occupé à être sérieux… Je teste vos capacités. Collaborez, voulez vous, c’est dans votre intérêt, railla-t-il.
Avec un mouvement d’humeur et de répulsion incontrôlable, elle s’écarta de l’homme, le repoussant violemment.

-Ne faites pas ça.
Elle le pointa du doigt, la fureur lui rougissant les joues et lui faisant briller les yeux.
-la perversion se lit dans vos yeux, monsieur Westester, mais vous n’en seriez pas arrivé là si vous n’étiez pas capable de vous maitriser quand il faut.
-Qui a dit qu’il le fallait ? Vous êtes la seule dans cette pièce à vous prendre au sérieux. Et si vous n’êtes pas prête à payer de votre corps ici et maintenant… je ne pense pas pouvoir faire grand-chose pour vous. Quoi qu’il en soit, je sais que les princesses de votre genre ne sont pas capables de beaucoup plus que des paroles en l’air et de grands airs. Je vous connais bien, vous et vos semblables. J’ai appris à les séduire pour en arriver là où je suis, faisant miroiter la liberté et des histoires de « je vois qui tu es derrière le masque » pour mieux les utiliser et les jeter une fois inutiles. Je n’ai plus besoin de ça maintenant. Surtout quand on sait que vous êtes toutes plus ou moins frigide, à ne vouloir coucher que dans un grand lit et des draps de satin…
Ce disant, il revint à la charge, avançant vers elle et la faisant reculer jusqu’au mur, l’air bien décidé cette fois-ci à ne rien laisser l’arrêter.
Artémis était coincée dans cette pièce avec cet homme, et sans la moindre chance de le convaincre si elle tentait de s’enfuir, aussi fit-elle la seule chose envisageable.
Au lieu de lutter, elle le saisit au niveau du col, et l’attira vers elle, pivotant en même temps pour retourner la situation et l’accoler dos au mur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Prewett

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: Geisha de luxe

MessageSujet: Re: En eau trouble   Sam 21 Juin - 16:41

Le regard de braise et ses atouts bien en évidence, elle vint se coller à lui, main posée négligemment sur sa cuisse. Apparemment, son petit effet de surprise avait porté ses fruits, mais il ne fallait pas qu’elle s’en tienne là.
-Je ne suis pas une princesse.
Elle sourit par elle-même, se souvenant de qui avait l’habitude de l’appeler ainsi.
-Mais une reine en devenir. A vous de voir si vous désirez m’humilier, ou m’utiliser. Entre nous…
Elle vint jouer de son souffle près du lobe de son oreille, se faisant plus présente que jamais physiquement.
-Je ne pense pas que cette première option soit à votre avantage…
Sans un mot, il sourit, la regardant d’une façon plus perçante que jamais. Puis il l’attrapa encore une fois à la nuque, ses lèvres d’aspect froid et dur non loin des siennes, comme si elles pouvaient à tout moment secréter le pire des poisons et la tuer sur place.
Elle sentait qu’elle avait gagné un point, mais il était encore à deux doigts de reprendre le dessus et de se laisser aller à ses noirs penchants. Elle ne pouvait le permettre. Pas si elle tenait à son avenir.
Lentement, elle le força à desserrer son emprise en reculant, yeux braqués dans ceux de Silvius.

-Je vous serais utile, à vous de m’utiliser là où je suis la meilleure. Et je saurais vous montrer qu’il y a biens des domaines où j’excelle, souffla-t-elle pour conclure.
Le souffle court, elle s’écarta de l’homme, ce dernier se mordant la lèvre avec un petit sourire noir.

-je dois vous l’accorder, vous n’êtes pas comme les autres.
-Je vous l’ai dit, je suis une autodidacte. Allons-nous passer aux choses sérieuses maintenant ?
-Pour ma part, c’était déjà fait. Je crois bien que je me suis oublié.
Il souligna la réplique d’un bruitage sexuel douteux. Artémis ne vit pas le geste qu’il fit pour accompagner le tout, et ça valait mieux pour elle.
-Me prendrez-vous dans votre équipe au sortir de mes études ? Insista-t-elle.
-Je doute encore… cet avant gout m’a laissé une sensation d’amertume que je n’arrive pas bien à identifier... Je crois que j’aurais besoin de tâter un de vos seins pour m’en assurer…
-En vieillissant, rien ne change… Toujours à ne pas penser plus loin que le bout de sa bite. C’est désespérant ! Il n’y a donc aucun espoir.
Elle s’était faite railleuse, un petit extra qu’elle s’était permit et qu’elle regretta bien vite.
-Il n’y en a surement que très peu pour vous.
Son regard était tranchant, capable de ralentir le temps alors que la menace sous-entendue s’insinuait dans chaque parcelle du corps d’Artémis. Lentement, elle se contenta d’acquiescer avant de reprendre, un ton plus bas pour changer de sujet et éloigner le danger.
-J’ai surveillé l’évolution des opérations à Poudlard. On ne peut pas dire que vous aurez beaucoup d’alliées là-bas… Pourtant, c’est la première année de mise en place des programmes. Plutôt décisive. Ce n’est pas en assurant trois heures de cours par semaine que vous y aurez quoi que ce soit à redire. Snape gagne du terrain et de l’influence.
-Pourquoi voudrais-je y redire quoi que ce soit ?! Chacun son boulot. Ce n’est pas le mien, claqua Silvius en se retournant pour se rendre à son fauteuil. Je suis fatigué de vous entendre jacasser.
-Severus Snape est un adversaire de poids. Je me suis laissée dire qu’il ne vous aimait pas beaucoup, ajouta Artémis une pointe de supplique dans la voix.
-Encore un peu et je devrais vous tuer pour trahison envers le lord...
Cette fois au moins, le ton n’était pas cassant. Encourageant même.
-Deux menaces en moins d’une minute… Je risquerais de me lasser. Surtout quand elles n’ont pas lieux d’être. En agissant dans votre intérêt, j’agis dans celui du seigneur des ténèbres, n’est-ce pas ? Il n’aura juste pas à le savoir. Sauf si vous jugez que c’est nécessaire… Encore une fois, à part une bonne place, je ne recherche pas la gloire ni la reconnaissance.
-Vous avez réponse à tout n’est-ce pas ?
Le cœur d’Artémis battit plus vite, l’espoir revenant pour de bon.
-Il va falloir vous y faire.
Elle marqua une pause, observant le visage de son adversaire.
-Laissez-moi être vos yeux. Vous n’avez rien à perdre après tout. Bien au contraire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Artémis Prewett

avatar

Nombre de messages : 449
Date d'inscription : 11/08/2007

Feuille de personnage
Age: 18
Statut: Geisha de luxe

MessageSujet: Re: En eau trouble   Mar 24 Juin - 21:24

Son regard interrogateur braqué sur celui de l’homme, elle attendit qu’il lève les yeux pour sourire avec espoir. Elle n’avait rien pour elle au départ, mais le rapport de force enclenché suffirait-il ? Il fallait que ça suffise.
A son plus grand désarroi, l’homme éclata de rire.

-Vous êtes l’une des plus grandes salopes que j’ai croisée de ma vie, je dois dire. Et le pire, c’est que vous ne vous en cachez même pas. Vous êtes trop suffisante pour faire un bon espion.
D’un geste de la tête, rictus dégouté sur les lèvres, il désigna la porte.
-Dégagez, votre temps est écoulé, le spectacle est terminé.
Soufflée par cet ordre, Artémis en resta clouée au sol. Ça ne pouvait pas être vrai. Le ton vindicatif, elle avança vers lui, le mettant en garde.
-C’est en vous comportant ainsi, nouveau riche ivre de pouvoir qui se joue de ceux qui se situent en dessous de lui, sans la moindre considération, que vous précipiterez votre chute. Ce genre de détail vous distingue du vrai noble, et je ne parle pas de celui qui n’en a que le titre. Un jour, quelqu’un lèvera le voile de votre mise en scène et le monde verra ce que vous êtes vraiment, monsieur Westester. Personne ne peut survivre dans un monde où il n’est pas né. Je sais observer, et je connais les rouages de ce monde, comment le duper pour que ça n’arrive jamais. Libre à vous de refuser mes services, mais nous aurions pu faire beaucoup ensemble, pensez-y.
-Dois-je vous rappeler que je ne suis sous les ordres que du seigneur des ténèbres lui-même ?! Je suis au dessus de tout ça.
-Dois-je vous rappeler que mon père était la troisième puissance de pays ? Rien n’est éternel. Considérez cela comme un conseil. Je gage qu’il y en aura d’autres.
C’était un gros pari qu’elle faisait là, mais on ne pouvait pas dire qu’il y avait d’autres alternatives.
-Bonne journée, Monsieur Westester, poursuivit-elle en se levant pour prendre congés. Vous me voyez désolée que nous n’ayons pu trouver un point d’entente. Espérons que notre prochaine rencontre sera plus productive.
Elle lui tournait le dos, mais elle pouvait sentir son regard peser sur ses épaules. Elle était prête à parier qu’il ne présentait pas la moindre once de bienveillance. Oh non, elle l’avait bien trop chatouillé là où il était le plus sensible ; du moins, c’est ce qu’elle espérait.
-Tout dépendra des atouts que vous vous déciderez à utiliser dans la négociation.
Délicate conclusion que Silvius Westester s’offrait là.
Faisant sciemment mine de ne pas avoir pris en compte cette dernière phrase, Artémis franchit la porte, et la referma derrière elle.
Ses jambes étaient faibles comme jamais et son cœur battait la chamade.
D’une main qu’elle se permit enfin de trembler un peu, elle lissa sa robe et remit son châle en place. Par Merlin, cet homme était encore plus incontrôlable qu’elle ne l’avait imaginé. Mais elle n’avait pas le choix, il était son seul terrain de manœuvre, sa seule ouverture, et elle ne passerait pas à côté. Quel qu’en soit le prix, elle travaillerait pour lui. Et elle priait pour que ce mouvement ne soit pas le dernier. Et pour ne plus jamais avoir à se retrouver seule en sa compagnie. Mais il ne fallait pas trop rêver.


THE END.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En eau trouble   

Revenir en haut Aller en bas
 
En eau trouble
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» L'Histoire de Trouble or Misery .
» Trouble mnémonique ou mnémotechnique,la methodologie du mensonge politique
» Quand la neige éclatante trouble les esprits... [PV Yuko]
» Libre ? Oh dear, we're in trouble. | abandonné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre du phénix :: Le monde sorcier :: Londres :: Ministère de la magie :: Ministère-
Sauter vers: